cartographie, géographie, Histoire des femmes, Non classé, Projets, Wikipedia

Discovering pioneer women geographers

For a little more than a year, a hundred biographies of women geographers have been written on the francophone Wikipedia. Started by two female geographers, the group has since grown to include nine people. All of them are geographers and take their time to voluntarily put forward the work of women colleagues from the past and present, in France and abroad. Here is a a journey through the lives of several women pioneers in the field and the strategies they developped to be recognized in their scientific field in academia.

1901 : first PhD in geography obtained by a a woman

Martha Krug-Genthe, Commons, cc-by-sa by
Little maqu

The Wikipedia biography of Martha Krug-Genthe (1871-1945) as of today exists only in one language of Wikipedia, French, thanks to the work of the group of women geographers of the sans pagEs. She was the first woman to obtain a PhD in geography in the world in 1901! Her research focused on ocean currents, such as the famous Gulf stream. She was a woman « prevented » from developing her career, in Germany, her native country, and in the United States where she emigrated. A difficulty that pushed her to commit herself to the cause of women.

Gerd Wormdal (1930-1985) encountered the same issues in Norway, where she was one of the few women to complete higher education. Her researches are about limnology, that is to say the study of several lakes of the west of her country. She is though mostly knowned for her commitment to women’s rights that she is known, up to the UN General Assembly.

1913: First PhD in natural sciences in Poland and France for a women

Regina Fleszarowa , Commons, cc-by-sa by Happa

The same fight for women’s rights and recognition guided the whole life of Regina Fleszarowa (1888-1969) who was the co-founder of the Polish Women’s League. One would almost forget that this geographer, geologist and cartographer, the first woman in Poland in 1913 to obtain a PhD in natural sciences, is the author of a hundred publications, including five reference volumes on the history of earth sciences in her country.

Germaine Veyret-Verner (1913-1973) was one of the first women to obtain a PhD in geography in France and the second woman university professor in France. Her research field, the Alps, allowed her to study the massif from the angle of regional geography, then population, tourism and finally cities.

Exploring new themes as a strategy for career recognition

Gerd Enequist, Commons, cc-by-sa by Salgo60

As they were not always accepted in the historical specialties of men, many women geographers chose the path of innovation to get recognition in their careers by exploring new themes, new methods or new fields.

Gerd Enequist (1903-1989) is known as the modernizer of Swedish geography. She became the first woman professor of geography at the University of Uppsala in Sweden in 1949. She introduced social geography and thanks to her cartographic talents, actively participated in the first atlas of her country… among other achievements.

Julie Moschelesová, Commons, cc-by-sa by Ipigott

Julie Moschelesová (1892-1956) developed human geography in Czechoslovakia and obtained international recognition despite the adversity she suffered during the two world wars. Her rich scientific career places her among the ten geographers who founded geography as a science.

Mary Kingdon Heslop, Commons, cc-by-sa by Hamuli

Mary Kingdon Heslop became in he first female lecturer in geography at the University of Leeds in 1920. She developped a pioneering research interest in commercial geography because of the lack of opportunities in geology : this very masculine environment was closed to her.

Jane Soons, one of the first female geography lecturers in Glasgow, moved to New Zealand, fleeing gender discrimination. Her many contributions to the geography of her adopted country have greatly enriched the methods of geomorphology.

First female PhDs in geography

The list of first female PhDs in geography has also grown with Petrica Novosel-Žic in Croatia, or Victoria Mwaka in Uganda.

These « women pioneers » in geography in each country are gradually earning recognition on Wikipedia. And thanks to this exploration, we can now read them in French. It’s up to you to discover them!

Femmes, les sans images, Projets, Wikipedia

À la découverte des pionnières géographes

Depuis un peu plus d’un an, une centaine de parcours de femmes géographes ont été rédigés sur Wikipédia. Commencé par deux géographes, ce groupe des sans pagEs s’est depuis agrandit et compte neuf personnes. Toutes sont géographes et prennent de leur temps pour bénévolement mettre en avant les travaux de collègues du passé et du présent, en France mais surtout à l’étranger. Voyage parmi les vies de plusieurs pionnières.

1901 : premier doctorat en géographie pour une femme

Martha Krug-Genthe, Commons, cc-by-sa par
Little maquisart

La biographie de Martha Krug-Genthe (1871-1945) n’existe que dans une seule langue de Wikipédia, le français, et c’est grâce au travail du groupe des femmes géographes des sans pagEs. Pourtant, c’est la première femme à obtenir un doctorat de géographie au monde, en 1901 ! Ses recherches portent sur les courants océaniques, comme le si célèbre Gulf stream. Une femme « empêchée » puisqu’elle n’a pas pu développer sa carrière, ni en Allemagne, son pays natal, ni aux États-Unis où elle émigre. Une difficulté qui la pousse à s’engager pour la cause des femmes.

Gerd Wormdal (1930-1985) rencontre ce même type de parcours en Norvège, où elle est à l’époque une des rares femmes à avoir fait des études supérieures. Ses recherches portent sur la limnologie, soit l’étude de plusieurs lacs qu’elle réalise à l’ouest de son pays. Mais c’est surtout pour son engagement pour les droits des femmes qu’elle est connue, jusqu’à l’assemblée générale de l’ONU !

1913 : Premier doctorat en sciences naturelles en Pologne

Regina Fleszarowa , Commons, cc-by-sa de Happa

Ce même combat pour les droits des femmes guide toute la vie de Regina Fleszarowa (1888-1969) qui est la co-fondatrice de la Ligue des femmes de Pologne. On en oublierait presque que cette géographe, géologue et cartographe, première femme en Pologne en 1913 à obtenir un doctorat en sciences naturelles, est l’autrice d’une centaine de publications, dont cinq volumes de référence sur l’histoire des sciences de la terre dans son pays.

Germaine Veyret-Verner (1913-1973) est parmi les premières à obtenir un doctorat en géographie en France et la deuxième femme professeure d’université en France. Son terrain de recherche, les Alpes, lui permet d’étudier le massif sous l’angle de la géographie régionale, puis de la population, du tourisme et enfin des villes.

Explorer de nouvelles thématiques

Parce qu’elles ne sont pas acceptées dans les spécialités historiques des hommes, de nombreuses femmes géographes vont être actrice de la géographie en explorant de nouvelles thématiques, de nouvelles méthodes ou de nouveaux terrains.

Julie Moschelesová, Commons, cc-by-sa de Ipigott

Julie Moschelesová (1892-1956) est à l’époque l’une des deux femmes professeures associées en Tchécoslovaquie : elle peine à obtenir un poste en géomorphologie, sa spécialité. Grâce à ses talents en langue, elle lit les publications internationales et développe la géographie humaine en Tchécoslovaquie. Elle obtient une reconnaissance internationale malgré l’adversité qu’elle subit durant les deux guerres mondiales. Mais son riche parcours scientifique n’a été reconnu que tardivement dans son propre pays.

Gerd Enequist (1903-1989) est connue comme la modernisatrice de la géographie suédoise. Première femme professeure de géographie de l’Université d’Uppsala en Suède en 1949, elle introduit la géographie sociale et grâce à ses talents de cartographe, participe activement au premier atlas de son pays… entre autre réalisations.

Mary Kingdon Heslop, Commons, cc-by-sa de Press Photographic Agency

Mary Kingdon Heslop (1885-1955), première femme chargée de cours en géographie à l’université de Leeds, s’est intéressée à la géographie du commerce suite aux manques d’opportunités en géologie : ce milieu très masculin lui était fermé.

Quant à Jane Soons (1931-2020), l’une des premières femmes docteure en géographie à Glasgow, elle s’est envolée en Nouvelle-Zélande, fuyant les discriminations dues à son sexe. Libre de faire ses recherches, ses nombreux apports à la géographie de son pays d’adoption ont grandement enrichi les méthodes en géomorphologie.

Premières docteures en géographie

Grâce au travail du groupe, la liste des premières docteures en géographie s’est aussi allongée avec Petrica Novosel-Žic (1931-2021) en Croatie, ou Victoria Mwaka en Ouganda.

Ces « pionnières » en géographie de chaque pays prennent peu à peu leur place sur Wikipédia. Grâce à notre exploration on les lit à présent en français. À vous à présent de découvrir les détails de leurs réalisations !

Évènement, Instagram, les sans pagEs, Projets

Les sans pagEs ont 5 ans!

Le projet est né le 26 juin 2016 et nous avons 5 ans, nous avons publié plus de 9500 articles visant à réduire le biais de genre et formé plus de mille personnes à la contribution, en Belgique, au Bénin, en France et en Suisse, en Tunisie, même depuis le Chili, l’Inde et la Croatie, et sans doute ailleurs sur la toile ! On est visible sur Wikipédia, mais aussi sur Twitter et sur Instagram :

Nos buts et nos projets

Notre but : réduire les biais de genre dans le numérique, en terme de contenu et en terme de représentation des acteurices dans le mouvement du libre. Libristes cela veut dire que nous pensons que le savoir produit est un bien commun à partager et qui doit être accessible au plus grand nombre, tant dans sa construction que sa diffusion. Si le travail pour le fournir devrait être valorisé de façon à permettre aux personnes de vivre, le produit de ce travail en revanche est un bien commun à partager avec tou·t·e·x·s. De plus si ce savoir n’est produit que par une élite blanche, mâle et universitaire, des pans entiers de la connaissance vont rester inaccessibles. Notre projet encourage donc des groupes de personnes mal représentées parmi les contributeurices de Wikipédia à contribuer et créer leur propre projet. Nous avons soutenu des projets autour des afro-descendant·x·e·s, des lesbiennes, et dernièrement un groupe de sans pagEs au Bénin. Nous avons participé à des initiatives comme le mois de la commune pour les 150 de la Commune de Paris, ou le mois des compositrices. Toute personne désirant développer un thématique peut faire appel à nous! Femmes* dans le jeu vidéo, géographes, collecteuses conteuses, espérantistes, brasseuses et vigneronnes (ces projets ont besoin de vous !).

Alors 5 ans, ça se fête !

C’est l’occasion pour nous de fêter cela avec une action un peu spéciale. 5 années durant nous nous sommes frottées aux exigences de la neutralité et de l’admissibilité dur Wikipédia, alors nous allons un peu lever le voile et vous montrer les sans pagEs sous le rideau, en coulisse. Ce que nous aimons, faisons et comment nous avons vécu ces 5 années du point de vue des personnes qui ont participé au projet. Nos coups de gueules, nos réussites et aussi nos déconvenues seront livrées à vos yeux sous la forme d’un fanzine militant car nous sommes des militant·x·e·s du libre !

Pour celles et ceux qui ne savent ce qu’est un fanzine, allez voir l’article Wikipédia qui y est consacré.

Le contenu est fournit par nos dessins, poèmes et statistiques, et tout serra joliment mis en forme par une magnifique graphiste parisienne, Marie Jolu Planque, pour un rendu qu’on espère badass, piquant et savoureux !

En avant première on vous livre quelques petites miettes de contenu, mais pas pas le résultat final qui sera …. tellement mieux !

Du 20 au 22 août prochain, nous serons pour notre désormais traditionnel week-end annuel en Suisse à Genève, le berceau de nos activités L’occasion de parcourir Genève à pieds, à vélo, à bateau et de réfléchir à notre avenir et notre gouvernance. Et s’il est terminé de distribuer notre fanzine !

Si vous trouvez qu’on bosse pas trop mal et que voulez nous faire un don pour soutenir nos activités – surtout foncez! C’est par là :

Coordonnées bancaires Association les sans pagEs
Rue du Cercle 8, 1201 Genève
14-535197-4
IBAN CH58 0900 0000 1456 5197 4
BIC POFICHEBE  

PS pour celleux qui ont pas compris ce que signifie millitant·x·e·s du libre ou « libriste » (désolé·e·x ce n’est pas épicène c’est un schéma que j’ai pompé sur Wikipédia) :

Les valeurs du mouvement du logiciel libre auquel appartient le mouvement Wikimedia et donc …. les sans pagEs!